vendredi 17 janvier 2014

True Detective. The Long Bright Dark ...

Moi et ma manie de faire des modifications sur des articles publiés m'ont poussée à faire une énorme connerie de fausse manip' à la con. Bye bye article, bonjour page blanche, des fois je me foutrais un aller retour de phalanges dans la face..
Tant pis, je vais certainement pas réécrire toutes ces lignes dans lesquelles je parlais de mes séries en cours de visionnage -si vous voulez savoir où j'en suis, vous le savez, y a le planning série pour ça, je vais juste ressortir deux trois mots sur la série du moment, que je vous recommande à trois cents pour cent, celle dont le pilote hypnotique vient de sortir sur le petit écran mais pas de ma tête : True Detective.

C'est bien simple, depuis que je me suis farci le premier épisode, j'en sors pas, au point de mater tout un tas de trailers pour avoir ma dose avant le prochain épisode. Et j'ai hâte qu'il sorte celui-là. Parce que cette série, elle est partie pour être une petite merveille.
Du coup, je me dois de lui consacrer un article, rien que pour elle. Parce qu'on peut pas parler d'elle et de bouses comme Bitten à deux lignes d'intervalles. Honteux.

Synopsis : Interrogés par les autorités, Martin Hart et Rust Cohle se remémorent leur enquête la plus célèbre. Pour ces ex-partenaires de la Division des Enquêtes Criminelles de Louisiane, tout a commencé 17 ans plus tôt… En 1995, Dora Lange, une prostituée, est découverte atrocement assassinée ; la mise en scène du cadavre laisse penser qu’un tueur en série aux rituels occultes sévirait en Louisiane. Dès lors, la traque de l’assassin devient une véritable obsession pour Martin et Rust, au risque de détruire leurs vies privées..


Voilà qui en dit peu, parce qu'en même temps, le scénario, il est pour le moment plutôt simple. C'est une enquête de police. Basique pour l'instant donc.


Parce qu'en fait, le truc qui vous happe au premier abord, c'est l'atmosphère si particulière, c'est oppressant, étrange, parfois glauque mais toujours beau. La photographie est magnifique et mélancolique à souhait. Rien que dans ce pilote, on est dedans. La lenteur de l'action y contribue fortement. Car oui, c'est lent, très lent. Mais c'est aucunement un point négatif, au contraire, puisque c'est cette lenteur qui contribue à nous hypnotiser, à nous aspirer dans cette ambiance sombre et poisseuse. Sans parler du meurtre et de la façon dont à été disposé le corps qui fait pensé à Hannibal : malsain mais très esthétique.


Le duo d'acteur est absolument parfait. Difficile d'imaginer Matthew McConaughey (Rust Cohle) sans Woody Harrelson (Martin Hart), et inversement.
Et ce McConaughey, parlons-en : amaigrit à cause du tournage de son précédent film est d'une justesse impressionnante dans son rôle de flic décalé, qui traine sa carcasse, qui se fout que son entourage l'aime ou pas, qui parle comme il pense et qui apparait comme sacrément hanté par les démons de son passé. Il est impressionnant, vraiment ♥.


Woody Harrelson est comme toujours d'une justesse quasi-chirurgicale, et même s'il apparait mieux dans ses baskets que son collègue - enfant du pays, marié, bon père de famille, flic méthodique et apprécié - on ne doute pas qu'il se traine aussi une bonne tripotée de casseroles qui se révèleront dans les prochains épisodes.

La mise en scène est elle d'une efficacité redoutable : on multiplie les aller retours entre le passé et le présent sans jamais être largué - bon aller, peut être un peu au début, mais ça passe très vite - au contraire, et ça, ça apporte au final la petite pointe d'originalité de la série. C'est pas une narration linéaire : on en apprend sur le présent grâce au passé et inversement. Du coup l'envie de connaitre le meurtrier et ses motivations est là, mais aussi - et surtout - on veut comprendre ce qui a vraiment séparé ces deux flics, outre le fait qu'ils sont extrêmement opposés dans leurs attitudes et relation avec les autres.
Cette enquête a assurément laissé des traces, brisé leur lien et on veut savoir pourquoi.


Voilà vous l'avez compris, y a des séries, on regarde le pilot, on se dit "mouais, je regarderai la suite, pour voir" ou "c'est vraiment trop à chier, je zappe". Et puis il y a les autres, celles avec lesquelles on accroche dès le début, celles qui marquent et qui ne donnent envie que d'une seule chose : voir absolument la suite. Et True Detective est de celles là.

Oh et puis, le générique est absolument parfait.

10 commentaires:

  1. Helix et True détective me branchent vraiment ! Je vais peut être aussi tenter The lost room.
    J'avais regardé le premier épisode de Banshee mais j'ai pas accroché.
    Piou, ma liste de séries à voir s'agrandi de jour en jour..

    RépondreSupprimer
  2. Haha oui, trop de séries à voir ! Mais on va pas s'en plaindre !!!

    RépondreSupprimer
  3. Tu m'as donnée envie de voir True detective, si c'est du même genre qu'Hannibal, ça me tente plus que bien !!

    RépondreSupprimer
  4. Et bien laisse toi tenter ! ;) Si tu as aimé Hannibal, tu devrais aimer True Detective !!!

    RépondreSupprimer
  5. Matthew McConaughey, j'en suis déjà fan, alors là, je l'adore. Il est excellent en plus d'être beau gosse ;)

    RépondreSupprimer
  6. Cette série est hypnotique en effet. Comme toi, je n'en sors pas. L'attente entre chaque épisode est un supplice, si j'avais le courage je laisserais passer la saison et je la regarderai ensuite dans son intégralité, d'une seule traite !

    RépondreSupprimer
  7. Comme je te comprends ! Comme toi je serais incapable de laisser passer la saison ! Ne pas regarder un épisode en sachant qu'il vient de sortir, nan pas possible !!!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai pas accroché à Hannibal… Mais bon Dieu, True Detective quoi !

    RépondreSupprimer
  9. Une merveille, on est bien d'accord ;)

    RépondreSupprimer